Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2020

Dominique Joyeux, une forme vivante du merveilleux.

Dominique Joyeux savoure les circonstances involontaires de la création pour élaborer une œuvre aux dispositifs sériels inspirés par la théorie des ensembles.
Son geste exige la méthode mais assume le hasard et l’imprévu. L’artiste peint sur toile, bois et carton, à l’acrylique et à l’huilesous l'influence narrative d’un surréalisme revisité. On y retrouve des formes simples et géométriques : le disque, le cône, le triangle… Ces éléments en mouvement se combinent pour prendre la forme d’entités abstraites colorées, entrelacées ou autonomes « conçues comme des cellules vivantes qui se cooptent, communiquent. »
La pureté du vocabulaire plastique, renoue avec la nature originelle et participe au questionnement du cycle du vivant. « La vie m’inspire ! La naissance, la microbiologie, la vie marine, les continents, les échanges humains, les émotions… »
À la lisière du domestique et de l’inconnu, ce désir de ressentir la force des éléments et ses répercussions sur l’humanité s’inscrit peu à p…

Guy Delaroque, nudité abstraite

Guy Delaroque considère le corps comme principal véhicule de l’expérience picturale. Il nous installe dans l’intime en nous proposant une lecture abstraite du nu.
Il réalise ses croquis à la pierre noire, peint à l’acrylique ou l’aquarelle sur toile en se pliant aux exigences de l’éclatement du point de vue, de la simplification des volumes et de la dépersonnalisation de l’individualité. Des lignes, des courbes, des aplats en noir et blanc surgissent telles des figures transformées dans leur propre chair en champs ouverts. Ce sont de parfaites abstractions que le spectateur reste libre d’interpréter.
Ce processus de libre interprétation des réalités distinctes fabrique le trouble, la contradiction et vise le choc visuel.  « La fragmentation, la superposition du corps et de ses parties me permet de braver les interdits moraux, hypocrites et puritains actuels. » Le procédé laisse présager une ouverture, un espace du possible, un lieu de liberté poétique opposé à la rigueur classique et ac…