Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2020

Aliette Duroyon, architecture poétique de la mer

Avec de nouvelles empreintes naturelles et délicates, minérales et organiques, du commun et de l’inconnu, du permanent et du provisoire, l’artiste poursuit son témoignage sur la préservation de la nature et du monde marin.

Le lieu est une essence contextuelle, il demeure un ancrage prédominant pour son inspiration née de promenades sur les plages de la côte d’Opale à Hardelot, Fort Mahon, Wimereux, Le Touquet, sur les baies d’Authie et de Canche. Pour réaliser ses œuvres sculpturales, Aliette ramasse et assemble des couteaux de mer, des écorces d’arbres, parfois une gorgone en forme d’arbre vient s’immiscer comme témoin de cette nature délicate…

Plus récemment pour une nouvelle série, des coquilles Saint-Jacques,  une libellule et des papillons font partie de la composition.
 « Je renoue avec une passion d’enfance, la collection de papillon, née dans voyage en Angleterre où j’ai visité une ferme aux papillons et ramassé quelques spécimens sur le sol, tant de beauté qu’il fallait préser…

Françoise Duprat, nuit éternelle

Ses derniers travaux révèlent la permanence de questionnements inspirés par la dualité du noir et du blanc. Françoise Duprat creuse l’espace ténébreux comme un processus de surgissement.
Au gré de son intuition et de la rencontre avec les aléas de la matière en mutation, l’artiste intervient sur l’état de bouleversement, se laissant guidée par les couleurs émergentes et leurs reliefs. Pour ce faire, sur une surface déjà peinte avec des effets aléatoires, elle superpose les couches de médium à l’huile ou à l’acrylique, croise les coups de brosses et de spatules jusqu' à l'apparition de creux, de bosses, de stries qui lui permettent de travailler la matière. Le trait brut et spontané laisse délibérément vivre le repentir. Il souligne et surligne le dessous qui revient à la surface et puise autant dans les forces souterraines que dans celles d’un paradis perdu.
Dans un mouvement constant, l’énergie du geste se maintient. Une dimension atmosphérique se dégage. S'ouvre alors une …

Valentine Clouët des Pesruches, fenêtre ouverte sur le monde

Dans son parcours artistique, en parallèle de ses portraits et scènes de vie, l’artiste travaille dans la continuité des œuvres qui conjuguent les espaces discursifs à travers les ouvertures.
La fenêtre est un point focal que l’on retrouve dans chaque œuvre. Elle cadre le dedans et le dehors, les pleins et les vides qui dessinent l’environnement de la scène. Ce sont des espaces à vivre intérieurs, des natures mortes, des vues extérieures des villes dominées par des immeubles, et autres tours pêle-mêle.
Valentine peint très souvent en s’approchant de sa fenêtre sans vis-à-vis au 5e étage de son immeuble situé dans le 14e arrondissement de Paris. Là-même où l’architecture d’ensemble apparaît tel un aménagement hétérogène, avec ces espaces tracés spontanément et sans hiérarchie. Laperspective des façades n’est jamais pareille et les lignes comme les angles surgissent de façon inattendue.
La peintre s’emploie à faire parler l’architecture et ses propriétés pour leurs capacités à réfléchir n…

Claudette Allosio, l’antre des métamorphoses

Ses dernières créations sont une nouvelle étape dans sa démarche artistique. Elles se concentrent sur des formes colorées aléatoires travaillées en relief. Leur sensation de mouvement en donne une version puissamment expressive, retrouvant la force qui séduit tant Claudette Allosio dans la nature.
Ses recherches sur le végétal, le minéral et leur expression mouvante, la conduisent à s’écarter des normes de la représentation. En choisissant de n’évoquer qu’une partie fragmentaire, l’artiste supprime tous les détails anecdotiques dans une parfaite abstraction. La liberté de son instinct fondé sur le respect de la nature, lui permet de réinterpréter l’énergie de l’environnement. Elle en conserve un témoignage ardent par le biais de son souvenir et de son imagination. « Après un travail figuratif depuis de nombreuses années, puis une étude sur les déformations de la nature observée, j’accède à la quintessence des éléments naturels. »
Ce jaillissement du vivant, mouvementé, haut en couleur, s…