Accéder au contenu principal

Articles

Ange Porté, en extension

Ses œuvres témoignent de la nature, de la terre et du ciel, bercées par les couleurs du temps. Elles sont un Big-Bang fantastique, un témoignage poétique abstrait, en extension...   A l’acrylique, à l’aide de pinceaux et de couteaux, elle peint sur toile des formes qui se déploient et s’ouvrent vers d’autres dimension. Cet état de bouleversement sans repères, témoin de rêveries extraordinaires où les saisons et leurs couleurs sont évoquées comme des événements astronomiques.  « La couleur est primordiale pour apporter un peu de gaieté et d’optimiste à travers mes toiles en cette période morose. »   Les peintures d’ Ange Porté ont ce pouvoir de ravir parce qu’elles se contemplent avec un certain regard qui nous déconnecte d’une réalité souvent accablante et nous nous mènent vers un ailleurs joyeux. Elles s’apparentent à des constellations harmonieuses, parfois tourmentées qui laissent exprimer la surprise picturale. La peintre se laisse toujours conduire par ses propres émotions. L’imp
Articles récents

Chantal Lallemand, toiles sensorielles

Ses toiles ont un volume, une rugosité, une douceur que l’on regarde. Le procédé repose sur un mouvement optique, entre surgissement et disparition qui laisse exprimer la surprise picturale afin de stimuler nos sens.   Son émotion personnelle guide ses premiers gestes, puis la couleur vient préciser le cheminement. Chantal Lallemand tanne avec ses ongles et ses doigts la toile en constituant des arabesques pour créer le fond avant de peindre à l’acrylique avec des ajouts de matières. Peinture pailletée, sable, sucre blanc ou roux, farine, perles de structures différentes participent au relief. Les perles sont superposées et cousues une à une. La toile la plus ornée réunit plus de 35 000 perles. Une création méticuleuse réalisée au bout de sept mois à raison de six à sept heures de travail par jour.   Pour apporter encore plus de profondeur, elle peut déchirer au couteau une partie de sa toile qu’elle reconstituera ensuite. Ses œuvres se construisent selon un mouvement inspiré p

Frehal, rêveries extraordinaires

Entre ciel et terre, sa mécanique à dominante abstraite joue de la forme et de l’espace pour nous transporter vers une autre dimension laissant surgir le rêve.   « Les toiles réalisées en 2021 sont beaucoup plus colorées que précédemment. C'est le résultat de ces longues journées de solitude et de confinement qui mon donné l'envie de faire autre chose et d'utiliser une technique autour du jaune représentant le soleil dont nous avions tant besoin. »   Autour de trois composantes essentielles ; la couleur, le volume et la composition, le peintre nous entraîne dans le labyrinthe coloré de son imaginaire où l’aspect onirique est de prime abord le plus saisissant. Nous nous laissons ainsi dérouter vers l’interrogation, l’évasion et le rêve. Un monde fantastique où la nature se fond dans le cosmos.   Les portes d’un au-delà magique s’entrouvrent, vers un réel abstrait échappé d’un jardin des délices où les portions terrestres deviennent des corps célestes. Une sensati

L’REV, le puissant murmure

L’REV fait surgir un vaste monde parallèle, mystérieux, insaisissable… Là même où la force du rêve s’érige en véritable temple de création. « La place du rêve est l’instant T où le spectateur répond à l’invitation proposée et s’évade dans l’œuvre. » Ses toiles appellent à l’émerveillement en invoquant la puissance du songe et de l’illusion. Attentive aux couleurs, aux formes, aux effets de matières, la représentation onirique multiplie les niveaux de lecture. Elle se nourrit de sensations et d’émotions personnelles propres à l’artiste invitant le spectateur à projeter sa propre vision. La nature, le végétal, les océans, le cosmos sont des inspirations récurrentes dans ses travaux qui élargissent sa fascination du monde. « C’est viscéral et très puissant depuis toujours. Je suis fascinée et profondément émue face à l’univers, ses interrogations et ses mystères, par toutes formes de vies, de paysages, par la nuit, le fragile équilibre, la beauté… »  Des éclats de rêves, un jardin oublié,

Isa Sator, le geste revendiqué

Enchanter le monde est pour elle une mission qu’elle revendique dans sa peinture joyeuse au caractère trempé.   Ses origines celtes guident son pinceau qu’elle brandit comme une épée pour témoigner de la beauté, la liberté, la force de l’âme, la justice, la vérité… Autant de thèmes dont elle s’inspire au quotidien lors de ses rencontres, ses lectures ; de tout ce qu’elle voit et qui produit des images dans son esprit.     ELle L’artistet L’artiste peint la plupart du temps à l'acrylique sur de grandes surfaces de coton ou de lin au pinceau et directement à la bouteille pour finaliser ses tracés.   « Ma palette est un bouclier contre la peur d'être ! D'ailleurs elle menace et effraye terriblement les pleutres et tous individus en dessous du niveau de survie de l'existence ! »   La couleur est effectivement une arme vive et chatoyante dont les contrastes, très forts, cadencent la composition. Toujours inspirée par les couleurs du Pacifique et de Nouméa où

Karen Le Bellec, les fissures du mystère

Par la ligne et la fissure, elle révèle l’existence de réalités invisibles et inconnues, manifestant la volonté d’une représentation abstraite épurée, radicale et élégante.   « L'abstraction questionne, interpelle, n'a pas de limite, elle suscite une émotion et une part de mystère. » Sans modèles, des paysages surgissent au gré de ses émotions sur la toile. Ce sont des terres, des mers qu’elle a observées. Ses origines Bretonnes et îliennes guident probablement son geste qui se laisse aussi absorber par son imaginaire.   En quête infinie de matérialité, sa technique mixte réunit principalement le sable, la terre avec un liant auquel elle mélange l'acrylique, le Brou de noix, les encres, les pigments ou encore des épices. A l’aide de la spatule, de la brosse, du pinceau et de l’éponge, elle peint à même le sol pour une plus grande liberté gestuelle, toujours à la recherche d'expérimentation entre la matière et la couleur.    Blue Wish, techn

Joëlle Darmon, préserver le merveilleux

Son intention stimule l’imaginaire, fait naître chez le spectateur l'envie de voyager au cœur de paysages sans frontières, à la rencontre d’hommes et d’animaux… Un monde réjouissant qu’elle nous invite à préserver.    Son geste exige la méthode mais assume le hasard et l’imprévu. L’artiste travaille les techniques mixtes pour plus de liberté dans sa pratique. Acrylique, pigments, encres, peintures à effets tels que le vitrail et la céramique, modeling paste, mortiers, collage, résine, argile, sable, poudre de quartz, gels, feuilles d'or, d'argent et de cuivre se mélangent sur la toile. A l'aide de spalters, de couteaux, de brosses et de pinceaux, et dans un mouvement perpétuel, lorsque le trait n’est pas figuré, la forme d’entités abstraites colorées, entrelacées ou autonomes se combinent pour prendre la densité, le relief et la transparence recherchés. La toile se construit par superpositions de couches laissant délibérément l’inattendu opérer sur la surface. «