Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2019

Jessie Bensimon, l’éloge du mouvement

Avec toujours plus d’exigence dans le renouvellement et les infinies possibilités du mouvement, elle affirme sa volonté plastique d’atteindre des perspectives inattendues pour participer à la création d’oeuvre d’art globale.
Son intervention artistique harmonise la structure avec le fond, sans frontières entre les arts. Encres, monotypes, gravures, photographies, céramiques, bijoux, sculptures, et installations sont autant de procédés qui témoignent de sa capacité à questionner l’oeuvre sur le plan de la forme, de l’espace et de la substance. Jessie Bensimon choisit des matières ductiles et indociles qui nécessitent l’expertise manuelle, la patience. Galons cousus, toile métallique, collerette en métal tissé, argent travaillé, minéraux sertis ou encore plumes forgent son désir de retour à l’élaboration lente et progressive, liée à la profondeur, totalement paradoxale dans notre époque de vitesse et superficialité.
Son approche formelle se caractérise par une pureté du vocabulaire qui con…

Anna Nansky, terres de projection

Comme dans un jeu de mémoire, elle puise dans ses souvenirs d’enfance pour construire des espaces colorés où la superposition et la dilution des tonalités se décryptent en lévitation. 
Des aplats de couleurs vives structurés et scandés par une trame de lignes, de courbes, mesurant l’espace se mêlent et s’entremêlent en revendiquant leur altérité d’appartenance dans l’abstraction la plus totale. L’artiste nous montre ce qui existe sans être visible. Ces topographies reconstruites, que l’on peut décrypter comme des cartes vues du ciel occupent de façon dense la totalité de la surface et contribuent à une sensation de dépassement, au-delà des frontières. Anna peint au sol pour surplomber la toile et avoir une vue globale. A terre, sur ses rouleaux étendus libres et mouvants, à l’aide de ses pinceaux et palettes, elle utilise l’acrylique, mélange les pigments, l’huile de lin et quelques fixatifs.
L’artiste qui jouait dans son enfance à fabriquer des nuanciers en arc-en-ciel avec ses crayons …

Les micro-mondes de Dadave

Dadave fige certaines époques révolues de l’ère électronique en produisant des formes fixes dans une dynamique entropique inscrite dans une unité de temps et d’action. 
Cet artiste autodidacte endosse les habits d’archéologue et de sculpteur pour construire sa recherche plastique autour des composants électroniques qu’il collecte, accumule, dissèque, assemble et ordonnance savamment sur support bois. Après une 1ère composition à blanc sans colle, ces objets de récupération d’un temps déjà révolu sont à nouveau en connexion.  Ce sont des câbles, des gaines TPC, des cartes mères, des touches de clavier, des éléments prélevés des tubes cathodiques, des condensateurs, des circuits intégrés… La plupart engendrent des sculptures abstraites aux formes géométriques. Différents volumes tridimensionnels à l’effet parfois hypnotique.  Certains s’érigent tels de véritables tours de Babel composées de touches azerty, d’autres révèlent la célèbre pomme du constructeur informatique ou encore le flag…