Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2018

Evelyne Huet, Frères Humains

L’exposition Frères Humains* conçue comme un Memento mori, unparcours esthétique, appelle à la fraternité et à la spiritualité pour surmonter les craintes des Hommes.
Le titre de l’exposition est un emprunt au poème de François Villon La ballade des pendus rédigé sous forme de testament où les morts s’adressent avec ironie aux vivants afin de solliciter leur pitié, leur indulgence et leur pardon. Evelyne Huet est une artiste humaniste qui touche quelque chose d’universel. C’est avec une sincérité frémissante et amusée qu’elle rassemble ici une galerie de portraits sous forme de fragments de l’humanité.
Peints au doigt sur tablette numérique puis imprimés sous Diasec, les Frères Humains sont des représentations dématérialisées, absorbées par leurs formes et leurs conditions accidentées qui s’affichent telles des présences évanescentes. Leurs visages effacés expriment leur impossibilité de dire. Les lignes se plient à l’exigence de l’éclatement et à la dépersonnalisation de leur individu…

Eric PETR [ a.m.o.u.r. ... ] abandon, mouvement, ouverture, univers, renaissance

« L’ a.m.o.u.r. est une onde qui traverse les galaxies et irradie notre subconscient. Avec cette série, j'ai voulu me rendre au cœur de cette vibration pour capter cette énergie formidable. »
36 photographies numériques faisant référence aux 36 visions de Jean dans l'Apocalypse ont été prises sur le vif en mode manuel sans utiliser la mise au point automatique et en contrôlant la vitesse et le temps de pause. Elles sont éditées sans retouches et imprimées par les propres soins du photographe sur des papiers d'art épais aux structures mates ou barytées. De l’expérimentation à la contemplation, du flou à la netteté, de l’éblouissement à l’obscurité, Eric Petr utilise les propriétés de l’accident pour en révéler l’éventail des possibles. La lumière et le temps sont la matière première de son œuvre qui traite du « ça a été » ; une suspension du moment comme l’analysait Roland Barthes. Une croyance spontanée attestant matériellement de phénomènes non physiques du temps passé à j…

Jean-Marc Pouletaut, de la surface à la profondeur

Sous la densité des pigments et des contrastes, guidé par des principes de cadrages et de superpositions,il joue des codes pour mieux en montrer l’arbitraire. En 1988 à la Villa Arson à Nice, où il a été initié à la recherche en art contemporain, il créé la Toile Hypertrophiée.
Jean-Marc Pouletaututilise le rouleau mousse pour avoir une couleur dégradée et travaille à l'envers de la toile de moustiquaire. « La toile de moustiquaire permet de répandre la peinture de manière aléatoire sous la forme de traces dans les infinis petits carrés du support (…) Chaque couleur correspond à une couche monochrome de peinture. » Dans ce jeu de grilles il ordonne, hiérarchise et laisse s’accumuler les preuves ; une multitude de points comme autant de traces d’une enquête en cours dont les pistes restent en suspens. Ces petits indices colorés constituent un conglomérat enchevêtré d’une étonnante expansivité. La manière très délicate et fluide de procéder créée une masse vibrante constituée d’inter…

Emmanuel Bour, figures hybrides  

D’un réalisme appuyé, ses figures ont la force d’un métissage réussi entre l'art statuaire occidental, l’inspiration rituelle tribale et l’esthétique futuriste.
Leur puissance évocatrice provient de la force de vie qu’elles recèlent en elles. Emmanuel Bour sculpte : « l'humain et ses stratégies de survie, ses quêtes, ses obsessions, ses angoisses, ses joies, ses vulnérabilités, toutes différentes selon l'endroit où il naît, où il vit, selon sa condition sociale et ethnique. » l’élan vital créé des résonnances. Une esthétique onirique surgit portée par cette réflexion sur les codes et les appartenances.
Les sculptures en bois de peuplier sont réalisées en taille directe, sans dessin, modèle ou modelage. Quelques ajouts d’objets, de patines à base de suie, de terre, de cires peuvent s’ajouter mais restituent systématiquement la perception du bois originel.

Porté par la densité du matériau, le réalisme anatomique s’appuie sur des proportions équilibrées et minimalistes des …