Accéder au contenu principal

Articles

Cyril Chanel, instantanés de vie

Ses peintures et ses dessins fusent comme des traits d’esprit. Il peint vite et abondamment avec toujours ce goût particulier pour l’allégresse et l’empathie.

Il y a dans les travaux de Cyril un répertoire hétérogène de sujets : des arabesques vraiment abstraites, des représentations figurées qui surgissent libres avec panache. Ce sont des fleurs, des petites sorcières, des smileys… Le plus souvent isolés comme suspendus dans un espace indéfini. Ses travaux balayent du plus flou au vraiment explicite, du suggéré au plus nommé. Cette relation entre le fond et la forme révèle la relation ambivalente entre la mémoire, le souvenir d’instants personnels vécus et l’imaginaire collectif.
« Les fleurs sont une métaphore de l'épanouissement de tout un chacun (e). Les personnages et les pictogrammes sont l'occasion d'exprimer ma joie de vivre. »

L’artiste peint dans sa salle à manger sans ordonnancement où l’espace est restreint. Ce qui explique probablement le choix de ses toiles d…
Articles récents

Robert Augier, identités sensuelles

Robert Augier est fasciné par l’atmosphère nocturne, musicale et dansante. Il saisit l’immédiateté de la rencontre donnant lieu à des scènes festives, sensuelles, parfois intimes dans un univers clos où le temps semble suspendu.
L’atmosphère lascive est soutenue par une touche voluptueuseà l’acrylique réalisée exclusivement au pinceau sur toile. Ses personnages sont essentiellement des femmes. Il peint également des couples, des musiciens, des danseurs. Tous ondulent d’érotisme et dégagent une sensation de flottement. Ils s’effleurent, s’enlacent, se dévêtissent… « Je regarde beaucoup de vidéos afin de capter le moment qui m’intéresse notamment l’aspect amoureux de la position. Pour le décor de l’arrière-plan notamment, c’est mon imaginaire qui intervient ou les idées prises lorsque j’assiste à des concerts ou des bals. »
Robert Augier a cette particularité de redéfinir l’identité de ses personnages en ne peignant pas leurs visages. Leurs regards muets et poétiques contribuent à un certa…

Jolanta Rautszko, performance non chorégraphiée

Elle danse sans conscience et avec spontanéité sur la toile. Sa manière d’avancer est une fantaisie motrice qui joue de la surprise, de l’instant avec ce pouvoir de suggérer plus que de montrer.
Sa peinture à l’acrylique sur papier marouflé se penche sur le surgissement de l’image, de sa dissolution et de son interprétation. « Ma peinture est instinctive et non cérébrale.  Certains éléments visibles proviennent des dessins de mes vacances : maisons, paysages, humains. Assemblés ou séparés, ces éléments n'ont pas de signification mais peuvent devenir une histoire… » Les représentations tronquées cherchent le désordre mais permettent l’accès à une interprétation en trouvant leur justification dans l’histoire personnelle et les souvenirs éparpillés de Jolanta.

Jean-Marie Bidet, dialecte pictural

Inspirées de l’écriture native de Sumer et des hiéroglyphes, ses œuvres imprimées du passé se transforment sous une vision contemporaine sans perdre leur énergie originelle. 
Jean-Marie Bidet vit près de Rochefort en Suisse, dans un canton d’horlogers où la gravure fait partie du patrimoine depuis le 18e siècle. Ses gravures, mais aussi ses acryliques sur toile, sur carton ou ses dessins se construisent comme destraces du passé, des poèmes en mouvement. Cette écriture illisible possède son propre rythme musical, sans cesse en évolution. Interprétés à la manière du geste calligraphique, les signes se parcourent comme des sculptures libres d’expression, hors du temps. Indices et repères se perdent pour se charger d’un autre potentiel d’occupation. Il ne se s’agit pas de lire mais de révéler ce qui peut se décrypter.
Les derniers travaux de l’artiste retiennent l’essentiel et se débarrassent de l’anecdotique. Ils tendent vers une approche plus minimale et fragmentée où les formes géométri…

Marie-rose Atchama dévoile son harmonie picturale

Dans cet entretien, Marie-rose Atchama témoigne de ses souvenirs d'enfance, de sa conception du Divin, sources d'inspirations inépuisables pour aboutir au discernement du réel et du rêve, entre l'innocence et la maturité.

Luc Henri Lefort, une humanité laissée pour compte

Il sculpte sans modèle. Sa matière, il l’invente. C’est une savante alchimie de papiers, de fil de fer, de résine, de grillage, de chanvre, de bois et de peinture acrylique.

Luc Henri Lefort transforme la matière inerte en sculpture vivante, insufflant à ses compositions une vérité, au-delà du réalisme. Ce sont de nouveaux exemplaires d'humanité, des êtres anonymes, emblématiques et intemporels. Des “hommes imaginaires symbolisant une humanité laissée pour compte.” Ils mesurent entre deux mètres et deux mètres cinquante et sont tous animés d’un mouvement unique, délivrant un message que chacun pourra ressentir comme une vibration, un frisson.

Leur fragmentation laisse témoigner une certaine expression liée au cri, parfois à la douleur.  “Je désire susciter l'émotion, la compassion face à des êtres différents physiquement, religieusement, sexuellement. Une minorité silencieuse que toutes les sociétés n'estiment pas et bafouent.
Avec ses mains, l’artiste cisèle la complexité d…

Jessie Bensimon, l’éloge du mouvement

Avec toujours plus d’exigence dans le renouvellement et les infinies possibilités du mouvement, elle affirme sa volonté plastique d’atteindre des perspectives inattendues pour participer à la création d’oeuvre d’art globale.
Son intervention artistique harmonise la structure avec le fond, sans frontières entre les arts. Encres, monotypes, gravures, photographies, céramiques, bijoux, sculptures, et installations sont autant de procédés qui témoignent de sa capacité à questionner l’oeuvre sur le plan de la forme, de l’espace et de la substance. Jessie Bensimon choisit des matières ductiles et indociles qui nécessitent l’expertise manuelle, la patience. Galons cousus, toile métallique, collerette en métal tissé, argent travaillé, minéraux sertis ou encore plumes forgent son désir de retour à l’élaboration lente et progressive, liée à la profondeur, totalement paradoxale dans notre époque de vitesse et superficialité.
Son approche formelle se caractérise par une pureté du vocabulaire qui con…